Logo Clio
Service voyages
Service voyages
De déserts en oasis
l'Iran de l'Est, du Khorassan au Golfe Persique
Du 3 au 19 novembre 2017 avec Gérard Rovillé
IR 206 - 17 jours - Pour tous avec réserve
Complet  Imprimer
Les points forts
  • Mashhad
  • Le caravansérail de Robat-e Sharaf
  • Qadamgâh et Nishâpour
  • Le complexe de Torbat-e Heydariyeh
  • Birjand et sa forteresse
  • Les déserts de l’Est iranien
  • Le complexe architectural de Tabas
  • La ville abandonnée de Bam
  • Les jardins de Mahan
  • Le musée de Jiroft
  • Les îles de Qeshm et de Hormouz à l’entrée du Golfe Persique
Ce voyage vous offre deux visions de l’Iran dit "périphérique", celui du Khorasan et du Golfe persique avec leurs spécificités, leurs nombreux points d’intérêts et des paysages variés et très différents de ceux traversés dans les autres régions du pays. Le Khorasan a été un foyer d’intense activité dès le Néolithique et il fut le tremplin des Parthes pour leur conquête de l’Iran et celui des Arabes pour leur conquête de l’Asie centrale. Villes et forteresses s’y développèrent, lieux de rencontres entre marchands, princes-mécènes, artistes, poètes, savants et soufis. Nishâpour rivalisait avec Baghdâd, Boukhara et Samarqand lorsqu’y brillaient des étoiles telles que Ferdowsi, auteur du Livre des Rois, Omar Khayyam, mathématicien et poète, Nasir ud-Din Tûsi, mathématicien, astronome, théoricien politique et théologien. A l’autre extrémité, le Golfe persique est une des régions hautement stratégique de nos jours comme elle le fut dès l’Antiquité. Les émirats ultra-modernes de la côte sud ne doivent pas faire oublier sa rive nord et ses îles qui furent convoitées par les Parthes, les Sassanides, mais aussi les Portugais, les Hollandais, les Danois et les Anglais. La région de Bandar-e ‘Abbas fut aussi habitée par des commerçants hindous et des populations africaines, issues d’esclaves capturés par les Arabes. Quant à l’île de Qeshm, elle abrite une vaste mangrove et une immense réserve naturelle (GéoParc) où sont protégés des reliefs calcaires étonnants et une riche biodiversité.

%%voyageBloque%%
 
M. Gérard Rovillé
Diplômé d'Ethnologie - Anthropologie et Sciences des Religions




 
J 1 - Vendredi 3 novembre 2017 Paris – Mashhad
En début d’après-midi, envol de Paris pour Mashhad (avec escale). Arrivée
dans la nuit. Accueil et transfert à l’hôtel.
 
 
J 2 - Samedi 4 novembre 2017 Mashhad
Si Nishapour fut la capitale politique et culturelle du Khorassân avant sa destruction par les Mongols, Mashhad a d’abord vécu dans l’ombre de Hérât (Afghanistan actuel) dès l’époque timouride avant de devenir une ville importante sous les Saffavides, lorsque l’Iran fut converti au shi’isme par Shâh Ismaïl Ier et son fils Shâh Tahmasp Ier. Mashhad devient dès lors un centre de pèlerinage majeur en Iran et connaît un développement constant fortement réactivé sous la République islamique. Aujourd’hui, en plus d’être un centre religieux, elle est une métropole industrielle et la deuxième ville d’Iran. Visite le matin des zones autorisées du vaste complexe architectural du mausolée de l’imâm Réza et de la mosquée de la reine Gawarshad, puis promenade dans le bazar. Dans l'après-midi, excursion au mausolée de Khwâjah Rabi (XVIIe s.), bâtiment octogonal aussi bien décoré à l'intérieur qu'à l'extérieur, puis visite du mausolée-musée dédié à Nâder Shâh, chef turkmène rival des Zand de Shirâz et qui s'empara du pouvoir au Nord de l'Iran après la chute des Saffavides. Enfin, arrêt au mausolée au Dôme vert, Gonbad-e Sabz. Dîner en ville et nuit à Mashhad.
 
 
J 3 - Dimanche 5 novembre 2017 Mashhad  – Tus – Robat-e Sharaf - Sarakhs (220 km)
Départ le matin pour Tus et visite du mausolée du poète et « père » de la littérature persane classique, Ferdowsi, et du mausolée Haruniyeh attribué soit au célèbre exégète et mystique Ghazali, soit au cinquième calife abbasside, Harun al-Rashid. Continuation, avec courte halte face à la belle tour funéraire de Akhengân, vers Robat-e Sharaf pour y visiter à proximité de Shorloq les ruines impressionnantes de l’ancien caravansérail seljoukide (1114) construit par Sultan Sanjar sur la route reliant Nishapour à sa capitale, Merv (aujourd’hui au Turkménistan). Arrêt en cours de route à Mazdâvand et déjeuner en restaurant local. Quelques kilomètres plus loin, à travers des paysages étonnants, arrivée à Sarakhs, proche de la frontière turkmène, et visite du mausolée (14e s.) de Sheikh Luqmân Bâbâ, un saint homme du 10e s. Le bâtiment qui conserve de belles décorations murales en briques se dresse à proximité de la ville, dans un environnement bucolique au milieu des champs. Dîner et nuit à Sarakhs.
 
 
J 4 - Lundi 6 novembre 2017 Sarakhs – Mashhad – Qadamgâh – Nishâpour (280 km)
Retour le matin à Mashhad avec visite en cours de route du site archéologique de Sangbast où un mausolée et un minaret sont les seules ruines qui restent depuis le passage des Mongols au 13e s. Déjeuner en ville à Mashhad et départ en début d’après-midi pour Qadamgah. Au pied de l’ancienne citadelle, visite du mausolée d’époque saffavide et du joli jardin qui l’entoure. Continuation vers Nishapour, grand centre politique et intellectuel du Khorasan avant sa destruction par les Mongols en 1221 et encore considéré comme une des capitales littéraires du monde iranien. Déjeuner en restaurant local. Visite au cœur de la ville du caravansérail construit au début du XVIe s. et transformé en petit musée des traditions locales, puis de la mosquée du Vendredi. Dîner et nuit à Nishâpour.
 
 
J 5 - Mardi 7 novembre 2017 Nishâpour
Le matin, suite des visites de Nishâpour en commençant par les ruines de l’ancienne ville détruite en 1221, puis mausolée du célèbre mystique Farid ud-din ‘Attar (1162-1220, auteur de la célèbre « Conférence des Oiseaux ») et, à quelque distance, du mausolée du non moins célèbre Omar Khayyam, lui aussi situé dans un beau jardin où se dresse également le mausolée de l'imâmzâdeh Mahruq. Après déjeuner, visite (si autorisation) d’une mine de turquoises dans les environs de la ville. Cette pierre fait partie intégrante de la culture iranienne et particulièrement de la culture du Khorassân depuis le 11e s. dans le contexte musulman, mais elle le fut déjà bien avant notre ère lorsqu’en Mésopotamie elle rivalisait avec le lappis-lazuli du Badakhshân dès l’époque sumérienne. Dîner et nuit à Nishâpour.
 
 
J 6 - Mercredi 8 novembre 2017 Nishâpour - Kâshmar  - Torbat-e Heydariyeh (300 km)
Départ le matin à travers une belle vallée en direction du Sud, via Ashq Âbâd et Rivash vers des régions de production de coton et de safran. A proximité de Kâshmar, visite de la belle tour funéraire de ‘Ali Âbâd dont la richesse des décors de briques, les contours crénelés et la toiture conique témoignent de la splendeur de l’art il-khânide. Déjeuner à Kâshmar et continuation vers Torbat-e Heydariyeh. Visite du complexe architectural (mosquée, caravansérail, mausolée) construit au 15e s. en l’honneur de Qutb ud-Din Heydar, un saint homme turc du 12e-13e s., fondateur d’une confrérie de derviches issue de la confrérie Qalandariyah. Il fut connu comme un « fou » de par ses comportements excentriques. Dîner et nuit à Torbat-e Heydariyeh.
 
 
J 7 - Jeudi 9 novembre 2017 Torbat-e Heydariyeh – Gonâbâd – Birjand (340 km)
Départ le matin pour un nouveau trajet à travers les déserts de l’Est iranien, vers le Khorassân méridional. Arrêt en cours de route à Gonâbâd pour y visiter la Grande mosquée, seljukide (restaurée) puis, à proximité, visite du village de Bidokht réputé localement pour abriter plusieurs mausolées de célèbres saints de la confrérie soufie Nemat’ollahi. Continuation vers Qâ’en, une ville fondée au 15e s. à l’emplacement d’une ancienne cité plus que bi-millénaire. La ville fut maintes fois détruite soit par des séismes, soit par les aléas de l’Histoire car elle était l'enjeu de nombreuses rivalités entre Persans, Ouzbeks, Turkmènes et Pashtous. De ce passé la ville conserve quelques murailles et une Grande mosquée seljoukide restaurée depuis le dernier séisme de 1997. Déjeuner à Qâ’en, ville considérée comme la « capitale iranienne » du safran et de l’épine vinette. Dans l’après-midi, route pour rejoindre Birjand, chef-lieu du Khorassân méridional. Cette ville millénaire avec une grande importance géo-stratégique connut son véritable développement au 19e s. lorsqu’elle supplanta administrativement Qâ’en. La ville garde quelques monuments. L’imposante forteresse du 14e s. (Qal’eh-ye Pâin Shahr, bien restaurée) se dresse dans la vieille ville entourée de quatre grosses tours d’angles. Le Fort Kolâh Farangi construit au 18e s. lorsque la dynastie des Zand de Shirâz tentait de consolider sa frontière nord-orientale face aux velléités irano-turkmènes de Nâder Khân et afghanes de Ahmad Shâh Durrani est en fait un pavillon surmonté d’une étonnante tour à gradins octogonale. La medersa Shoktiyeh d’époques qâjâr et pahlavi est bâtie sur deux étages tandis que les Jardins de Akbariyeh entourent un vaste Pavillon construit sous les Zand et agrandi au milieu du 20e s. et qui abrite aujourd’hui le musée local. Dîner et nuit à Birjand.
 
 
J 8 - Vendredi 10 novembre 2017 Birjand – Tabas (275 km)
Fin des visites de la ville puis départ vers l’ouest en direction de Tabas. Peu après la sortie de la ville, visite des Jardins et du Pavillon de Amir Âbâd, d’époque qâjâr, nouvelle occasion de mesurer l’importance des jardins dans ces environnements désertiques. Continuation vers Khousf, village où se trouve la tombe du poète Ibn-e Hesam Khousfi d’époque qâjâr. Déjeuner pique-nique dans le désert avant d’arriver à Tabas qui fut une magnifique oasis avant le séisme de 1978. Au cours des dernières années, des travaux de restauration ont été entrepris. Visite du jardin Bâgh-e Golshan et du complexe religieux de l’imâmzadeh Husseyn. Dîner et nuit à Tabas.
 
 
J 9 - Samedi 11 novembre 2017 Tabas – Kermân (515 km)
Départ le matin pour Kermân par Râvar et la route du désert du Dasht-e Kevir. Visite en cours de route du caravansérail de Tchah Âb serti dans un joli canyon de roches rouges. Arrêt à Râvar, localité entourée de jardins où poussent des pistachiers et des grenadiers, pour visiter une glacière. Déjeuner local et continuation, toujours à travers le désert vers Kermân. Dîner et nuit à Kermân.
 
 
J 10 - Dimanche 12 novembre 2017 Kermân
Journée consacrée à la visite de Kermân. Située en bordure du désert de Dasht-e Lut, à 1.750m d'altitude, cette ville aurait été fondée au début de notre ère par le roi Ardéchir Ier, mais ce n'est que beaucoup plus tard qu'elle pris le nom de Kermân, en référence au nom antique de la région, Caramania, tel qu'il était connu à l'époque des Perses achéménides puis sous Alexandre le Grand. Dès la fin du Néolithique, puis à l'âge du Bronze, la région de Kermân fut une importante place stratégique et commerçante entre l'Egypte, la Mésopotamie et la vallée de l'Indus. L'agriculture y fut florissante jusqu'à ce que les troupes de Tamerlan détruisent les réseaux d'irrigation. Si les monuments pré-islamiques se trouvent surtout dans des vallées quelques peu éloignées du centre-ville, celui-ci garde un intéressant patrimoine datant des 17e au 19e s., en partie restauré après le séisme de 1896. Après un rapide tour vers les ruines de la citadelle sassanide et la tour de Jabbaliye, nous visitons les mosquées Jam'e et Imâmi, le complexe architectural de Ganjali Khân, un gouverneur qui, au 17e s. fit construire une médersa, un hammam aujourd'hui transformé en musée ethnographique, et une place autour de laquelle des allées du bazar sont ouvertes par des arcades. Déjeuner en restaurant de ville. Temps libre dans le bazar. Dîner et nuit à Kermân.
 
 
J 11 - Lundi 13 novembre 2017 Kermân – Mahân – Bam (190 km)
Court trajet le matin vers Mahân, petite ville de piémont entouré de désert. Visite du mausolée du saint Nemat’ollah Vali et du beau jardin des Princes, bel exemple de jardin persan de pente. Continuation vers Bam , au cœur d'une oasis célèbre pour ses dattes. A 1.060m d’altitude, la ville était l'un des maillons de la ligne de forteresses qui protégeait la frontière orientale de la Perse et permettait de contrôler le sud du désert du Lut. La ville et la citadelle furent détruites par un séisme en 2003 et sont en cours de restauration. Déjeuner, puis promenade-visite à travers les parties restaurées de la citadelle dont les deux lignes de murailles restent impressionnantes. Dîner et nuit à Bam.
 
 
J 12 - Mardi 14 novembre 2017 Bam – Jiroft – Bandar ‘Abbas (420 km)
Départ le matin pour une étape à travers les montagnes du Makrân en direction de Bandar-e 'Abbas et du golfe Persique. En cours de route, étape à Jiroft et visite du musée archéologique et, dans les environs, des sites archéologiques de Konar Sandal A et B. Ces sites font partie des plus anciens d'Iran puisqu'ils ont été habités depuis le 6e millénaire, et jusqu’aux premiers siècles de notre ère pour le second. Encore mal connus, fouillés depuis peu, pas très faciles d’accès, ces sites sont de première importance pour la connaissance des voies de circulation et de commerce les plus anciennes entre la Mésopotamie et la vallée de l’Indus. Prospère il y a 5.000 ans, la vallée du Halil Rûd fut peut être le berceau des civilisations occidentales avant d'être traversée par Alexandre le Grand de retour de la vallée de l'Indus. Déjeuner en cours de route. Continuation vers le golfe Persique. Dîner et nuit à Bandar-e 'Abbas.
 
 
J 13 - Mercredi 15 novembre 2017 Bandar ‘Abbas – Hormouz – Qeshm
Traversée en bateau le matin en direction de Hormouz, petite île montagneuse habitée depuis le 15e siècle, et où fut élevée dès 1515 une puissante forteresse portugaise au sommet d'un éperon rocheux pour contrôler le passage entre le golfe Persique et l’Océan indien, le détroit de Hormoz. Aujourd'hui délaissée, cette forteresse est pourtant la plus imposante construction coloniale d'Iran. Visite également de la petite ville (assoupie) de Hormoz, de la petite mosquée de l'Imâm Shâfe'ih, fréquentée par une population sunnite en partie arabe, en partie indo-musulmane, mais aussi du Paradise Center, une des trois maisons que compte ce groupe d’artistes. A Hormoz, c’est la peinture sur sable et l’utilisation de sables de couleurs différentes trouvés sur l’ile qui servent à la décoration de maisons où à des « happenings » sur les plages. Retour à Bandar-e 'Abbas. Construit au 17e s. sur ordre de Shâh ‘Abbâs, le port de Bandar-e 'Abbas permettait, et permet toujours, aux navires de trouver une escale à l’entrée du Golfe persique d’où les caravanes partaient et d'où partent aujourd'hui trains et routes en direction de l’Iran intérieur et de l’Asie centrale. Déjeuner puis tour de ville et petit tour au marché aux poissons et (si autorisation car le lieu est aujourd’hui un espace privé) au temple hindou de la ville, souvenir des communautés indiennes de commerçants, majoritairement gujarâti, qui détenaient des droits de commerce dans tout l’Océan indien avant d’être supplantés par les Anglais. En fin d’après-midi, traversée en bateau vers l'ile de Qeshm. Dîner à l’hôtel et nuit à Qeshm.
 
 
J 14 - Jeudi 16 novembre 2017 Qeshm (200 km)
Première journée consacrée à la visite de la partie orientale et centrale de l’île. Le matin, départ pour le détroit de Khuran et le village de Laft dont les badgir (attrape-vent situés sur les toits) dominent la vaste mangrove. En cours de route, courte visite d’un des derniers chantiers de construction de lenj (boutres), ces bateaux traditionnels qui assurèrent la pêche ou le commerce en Océan indien. Souvenir de Sindbad le marin. Laft garde encore un peu le parfum oriental des anciens villages de pêcheurs. Ensuite, promenade en bateau à travers la mangrove de Hara qui, en avril, est une zone de transit pour de nombreux oiseaux migrateurs. Déjeuner à Tabel. Continuation le long de la côte sud, escarpée et très découpée, avec aperçu sur l'île de Hengan, située à 2 km des côtes de Qeshm. Visite des grottes de Kharbass qui furent façonnées par la nature avant d'être aménagées par les hommes dès l'époque achéménide semble-t-il. Un culte à Mithra y fut peut-être pratiqué et plusieurs grottes ont servi de refuges ou de lieu saints. Retour à Qeshm-ville. Dîner et nuit à Qeshm.
 
 
J 15 - Vendredi 17 novembre 2017 Qeshm  (350 km)
Seconde journée consacrée à la visite de la partie occidentale de l’île, peu habitée et connue pour son environnement. Le matin, départ sans arrêt jusqu’à Tabel et continuation vers le Géoparc de Qeshm. A proximité de Chahouh-ye Sharqi, petite excursion en partie à pied vers l’intérieur des terres et le canyon Tang-e Chahkouh, le plus remarquable de l’île, par endroits très étroit (moins de 1 m) où les divers types d’érosion ont créé des formes étranges et de nombreuses « marmites du diable ». Plus loin, à Basa’ïdu, visite du cimetière anglais, témoin de l’occupation de l’île, d’un petit mausolée en bord de mer et déjeuner dans le village. Dans l’après-midi, le long de la côte sud, arrêt aux Grottes de sel au pied de la Montagne de sel, rappelant que le sel est le premier produit d’exportation de Qeshm. Dîner à l’hôtel et nuit à Qeshm.
 
 
J 16 - Samedi 18 novembre 2017 Qeshm - Téhéran
Qeshm conserve les ruines d’un fort portugais (17e s.). Rapide visite et promenade dans les ruelles avoisinantes où de nombreux murs sont ornées de peintures murales. Du sommet de la colline, belle vue sur le Golfe, sur l’île de Hormoz et la côte iranienne. Déjeuner et dans l’après-midi, transfert à l’aéroport. Envol pour Téhéran. Dîner en ville et transfert à l’aéroport international de Téhéran.
 
 
J 17 - Dimanche 19 novembre 2017 Téhéran - Paris
Vol de Téhéran à Paris (avec escale). Nuit à bord. Arrivée en fin de matinée à Paris Roissy I.
 


Groupe de 10 à 17 voyageurs
Complet
Forfait en chambre double  4 495 €
Supplément chambre individuelle   695 €
Sans transport international   -240 €
Visa   95 €


MashadHoma 5*

SarakhsDoosti 2*
Le meilleur hébergement possible à cette étape

NeyshâpourJahangardi mehr hôtel 2*
Le meilleur hébergement possible à cette étape.

Torbat-e HeidariehKowsar 2*
Le meilleur hébergement possible pour cette étape

BirjandJahangardi 3*

TabasAmir 2*
Le meilleur hébergement possible à cette étape

KermanAkhavan 4*

BamAzadi 4*

Bandar abassHoma 4*

QeshmRoyal Hotel 3*

DépartArrivée
Paris Roissy CDG
03/11/2017 - 13h45
Istanbul Atatürk
03/11/2017 - 19h25
Vol Turkish Airlines TK1824
Istanbul Atatürk
03/11/2017 - 21h45
Machad
03/11/2017 - 02h15
Vol Turkish Airlines TK888
Teheran IKA Imam Khomeini
19/11/2017 - 03h25
Istanbul Atatürk
19/11/2017 - 06h20
Vol Turkish Airlines TK875
Istanbul Atatürk
19/11/2017 - 08h00
Paris Roissy CDG
19/11/2017 - 09h50
Vol Turkish Airlines TK1821

Nous avons choisi cette compagnie aérienne qui permet d'accéder à la ville de Mashad et de respecter le programme prévu.

Prestations incluses
  • Les vols internationaux Paris-Mashad et Téhéran-Paris avec escale
  • le vol intérieur Qeshm -Téhéran
  • Les taxes aériennes
  • L’hébergement en chambre double
  • La pension complète du déjeuner du 2e jour au dîner du 18e jour
  • Le circuit en autocar privé
  • Les visites mentionnées au programme
  • L'accompagnement culturel par un conférencier Clio
Nos prix ne comprennent pas
  • Les pourboires d'usage (prévoir 4 € par jour et par participant)
  • L'assurance facultative Assistance-Rapatriement : 12 € par personne
  • L'assurance facultative multirisque Assistance-Rapatriement + Annulation-Dommage Bagages
  • Les boissons
  • Les frais de visa
Les informations prévisionnelles concernant le programme, les hôtels ou bateaux, les horaires de transport et le nom de votre conférencier vous sont données ici à titre indicatif et sont valables au 02/11/2017. Les précisions définitives vous seront communiquées au moment de la confirmation du rendez-vous de départ.



  • Il est absolument impératif pour les femmes de respecter pendant toute la durée du voyage les contraintes vestimentaires propres à l'Iran.
  • Le voyage étant effectué dans des régions en dehors des circuits touristiques, des hôtels simples seront fréquentés à plusieurs étapes (Torbât-e Heydariyeh, Tabas, Qeshm, …) : par précaution, prévoir un drap ou un "sac à viande" ainsi que du linge de toilette.
  • Dans ces régions où le tourisme iranien est un peu présent, mais le tourisme international rare, les toilettes sont assez souvent "à l'orientale".
  • Sans être sportif, ce voyage nécessite une forme physique assez bonne (départs matinaux fréquents, quelques longues étapes, quelques petites marches en terrain moyennement difficile)
 
  • Un passeport, valable encore 6 mois après la date du retour du voyage et ne comportant pas de tampon israëlien
  • Un visa pour l'Iran


Informations pratiques
Décalage horaire
Le décalage horaire entre la France et l'Iran est de + 2h30 pendant toute l'année à l'exception de deux périodes :
- du 26 au 28 mars le décalage horaire est de + 3h30
- du 22 septembre au 31 octobre le décalage horaire est de +1h30.
Rappel : en France l'heure d'été commence le dernier dimanche de mars et l'heure d'hiver commence le dernier dimanche d'octobre


Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter